Un plan de relance consiste à mettre en place un certain nombre de mesures politiques destinées à dynamiser un pays lors d’une phase creuse. L’ensemble des pays de l’Union Européenne travaille sur ce plan de relance depuis le début de la crise sanitaire et la crise économique. Il est dans la continuité du Green Deal européen dédié à la crise écologique. Depuis le 3 septembre 2020, la France a lancé son Plan de relance historique de 100 milliards d’euros et dans le but d’atteindre “la France de demain”. Cette somme sera dépensée sur 2 ans, avec trois priorités : écologie, compétitivité et cohésion. Quels sont les projets, les aboutissements et les impacts actuels ?

image plan de relance

Une relance verte

Depuis le début de la pandémie, les gouvernements travaillent sur le plan de relance. Et celui-ci fait l’unanimité : il sera vert ! 

La volonté d’engager les dépenses essentiellement dans l’écologie vient de cette envie de compétitivité. Pour la France, l’objectif est de devenir la première grande puissance économique décarbonée en Europe. Afin de l’atteindre, 30 milliards d’euros sont attribués. Ces dépenses seront axées sur la décarbonisation des transports, la rénovation énergétique des bâtiments, la transition agricole ainsi que sur l’énergie. Économiser les ressources, investir dans le propre, telles sont les missions que le gouvernement se donne pour ces prochaines années. 

Dans le but de concrétiser ses objectifs, Bercy met en place 11 actions pour accélérer la transition écologique. Celles-ci sont : 

  • accélérer la prise en compte du développement durable dans les politiques publiques
  • accélérer la transition environnementale économique par son appropriation
  • accélérer les investissements verts et résilients 
  • poursuivre la mobilisation européenne pour la réduction des émissions
  • renforcer la résilience des filières économiques au changement climatique
  • veiller à la loyauté des marchés, pour protéger les consommateurs, les entreprises et l’environnement
  • maintenir l’aide au développement dédiée au changement climatique
  • décliner cette feuille de route en Outre-mer
  • être exemplaire dans le fonctionnement du ministère et de ses établissements publics
  • développer l’engagement des entreprises dans lesquelles l’État détient une participation
  • conduire les évaluations climatiques ex-ante des lois à venir 

Pour en savoir davantage, les mesures sont disponibles sur le site du gouvernement.

Ce qu’il faut retenir sur le plan de relance : ça avance !

La lutte contre le réchauffement climatique s’intensifie auprès des politiques. Des actions concrètes sont mises en place pour lutter contre cette crise écologique.
En tant que professionnel, nous devons également agir face à cette crise. L’ensemble des activités et des territoires réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre, c’est pourquoi, les entreprises doivent également les prendre en compte. Sur les scopes 1, 2 et 3*. 

Cela passe par sa consommation énergétique. En effet, faire des économies d’énergie et opter pour un contrat d’énergie renouvelable deviennent indispensables

Nous entendons souvent “l’énergie la plus écologique est celle que nous ne consommons pas”. Nous ne pouvons définitivement pas nous passer d’énergie mais nous devons réduire nos consommations. Cela permettrait de limiter significativement la pollution de l’air, la pollution globale ainsi que le réchauffement climatique. 

Le petit plus ? Économiser de l’énergie réduit son budget. 😉 

Faire le choix des énergies renouvelables est également un combat. Le fait est que les énergies renouvelables sont bien moins polluantes que les énergies fossiles et ne posent pas les problèmes de déchets du nucléaire. Nous vous expliquons tout dans cet article

*Pour info : Les scopes 1, 2 et 3 représentent les différents périmètres étudiés pour mesurer les émissions de gaz à effet de serre (GES) lors d’un bilan ou d’un reporting RSE. Le scope 1 représente les émissions directes, le scope 2 les émissions indirectes liées aux consommations énergétiques et le scope 3 représente les autres émissions indirectes, elles peuvent être l’approvisionnement, le transport, etc. 

WattValue, le partenaire des entreprises pour faire le choix d’une électricité 100% renouvelable

Pour les entreprises qui le souhaitent, nous offrons la possibilité de certifier que tout ou partie de leur consommation d’énergie provient de sources renouvelables françaises et à faible impact environnemental. En tant qu’entreprise labellisée « B Corp », WattValue fait le choix de reverser une partie du chiffre d’affaires issu de son service d’électricité renouvelable au projet « Sites Rivières sauvages » qui œuvre pour la protection des dernières rivières sauvages d’Europe et leur biodiversité.

Vous pouvez envoyer aussi un signal aux fournisseurs et à l’état que vous faites le choix de l’électricité renouvelable. Nous pouvons vous accompagner pour négocier et gérer vos contrats d’électricité et consommer une énergie renouvelable française.

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Ce contenu vous a intéressé ? Partagez le avec vos amis !