Depuis quelques décennies le réchauffement climatique accélère. Cela est un fait réel, connu, mesurable. A l’époque, c’était loin d’être une priorité. Et même si actuellement, nous en entendons parler, ce n’est pas la priorité du jour. La société le sait : c’est un sujet important. Mais comment faire pour rendre cela urgent ? Comment réussir à traiter le réchauffement climatique comme on traite la pandémie du Covid-19 ? 

Alors que les températures augmentent de plus de 4 degrés Celsius dans certaines régions du monde et que des catastrophes naturelles se produisent devant nos yeux (dont cette crise du Covid-19), des climato-septiques sont encore en train de dire que « tout est normal » et l’économie reprend le dessus sur les stratégies des entreprises et des États.

Des Objectifs de Développement Durable (ODD) sont définis sur le plan international, le Green Deal (ou Pacte Vert) sur le plan européen et la Loi de Transition Écologique pour une Croissance Verte (LTECV) pour la stratégie française. L’ensemble des états a un plan pour répondre aux enjeux du développement durable sur les 17 thématiques des ODD : la santé, la faim dans le monde, la pauvreté, l’éducation, l’égalité des sexes, […], mesures pour la lutte contre le réchauffement climatique et pour finir l’énergie propre et à coût abordable.

L’énergie est un véritable enjeu pour le développement durable et donc pour le réchauffement climatique. C’est l’un des sujets principaux du Green Deal et donc de la LTECV. Pour y répondre, des mesures ont été prise afin d’accroître d’ici 2030 la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondiale et, ainsi, améliorer l’efficacité énergétique mondiale (et donc à l’échelle locale), entre autres. Nous constatons donc un déploiement massif des solutions et des mesures pour y répondre. Mais depuis le début de la crise sanitaire et économique, un recul est largement visible et discuté quant au développement du Green Deal. Le problème est que cela se retranscrit également d’un point de vue local. Les pays et les entreprises cherchent l’efficacité économique alors qu’ils doivent aussi intégrer une réflexion écologique.

Mais pourquoi ce recul ? Revenons à la base du problème :

Le réchauffement climatique est causé surtout par les émissions de gaz à effet de serre (GES). L’utilisation des énergies est la principale source d’émissions de GES. Or, tous les secteurs ont besoin d’énergies pour perdurer. Le secteur de l’énergie (représente 25% des émissions de CO2 dans le monde), de l’agriculture (24%) et de l’industrie (21%) sont les secteurs les plus émetteurs, sans compter le transport ou le tertiaire. L’ensemble de ses activités participent grandement au développement du réchauffement climatique. Fort heureusement, en France, notre mix énergétique est composé à 20% d’énergies renouvelable et à 70% de nucléaire, en moyenne. Cela limite la pollution carbone, mais reste insuffisant face à l’urgence. Surtout qu’en parallèle, d’autres secteurs, tel que le numérique, prennent une place bien plus importante dans l’utilisation des énergies. L’empreinte écologique du numérique ne fait que croître, avec une estimation du double de ses émissions de gaz à effets de serre entre 2015 et 2025. Au vu des circonstances actuelles, cela peut aller encore plus vite ! Ou alors, nous pouvons changer la tendance : le numérique peut être une réponse au besoin écologique.

Donc tous les secteurs consomment de l’énergie, et en ont besoin pour leurs activités. Réduire les émissions de GES, signifie de faire des économies d’énergies sur l’ensemble des secteurs. Pour beaucoup d’acteurs, il ne peut y avoir de réductions d’émissions de GES avec une économique croissante. Pourtant, il est tout à fait possible, avec les bons outils, de produire efficacement et durablement tout en étant responsable. Avec le bouleversement qu’on connaît actuellement (qui peut être positif), les lobbys veulent un report de ces objectifs 2030 alors que c’est justement l’opportunité de se mettre au vert, pour les entreprises comme pour les collectivités.

Le Covid-19 a bien montré l’impact de la crise écologique sur le monde et pourtant cela n’est toujours pas une évidence pour tous. Nous devons nous unir pour un meilleur avenir, pour un environnement sain et une Terre vivable. C’est pourquoi des organisations coconstruisent des plans d’actions pour aujourd’hui et pour demain.

 WattValue vous accompagne dans votre transition écologique

Entreprise aux fortes valeurs, WattValue s’inscrit dans une démarche écologique et participe à la transition évidente vers un monde respectueux de l’environnement. Faire le choix d’une consommation responsable devient plus que nécessaire.

Labellisée B Corp, WattValue fait le choix de reverser une partie de son chiffre d’affaires issu de son service d’électricité renouvelable au projet « Site Rivières Sauvages » qui œuvre pour la protection des dernières rivières sauvage d’Europe et leur biodiversité.
Vous pouvez, avec nous, faire le choix de l’électricité renouvelable et donner du sens à votre achat. Nous vous accompagnons pour négocier, adapter et suivre vos contrats d’électricité et consommer une énergie renouvelable française.

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Ce contenu vous a intéressé ? Partagez le avec vos amis !