Depuis quelques jours, voire quelques semaines maintenant, des débats s’entendent dans les médias concernant les projets d’EPR et notamment sur les doutes face à la construction du réacteur à Flamanville, dans la Manche, qui enchaîne coûts sur coûts. Mais que savons-nous réellement de ces projets ?

Qu’est-ce qu’un EPR ?

 

L’EPR (« European Pressurized Reactor », devenu « Evolutionary Power Reactor ») est un système de production d’électricité de forte puissance (de l’ordre de 1 650 MWe) utilisant la fission nucléaire et l’eau sous pression comme caloporteur, dans un ensemble à très forte sûreté. EPR désigne plus largement le système global intégrant notamment l’enveloppe protectrice en béton, les systèmes de sécurité, le groupe turbo-alternateur qui assure la production d’électricité ou bien encore des constructions de génie civil, d’après Connaissance des énergies.

Les objectifs principaux de la création d’EPR sont d’améliorer à la fois la sûreté de fonctionnement ainsi que la rentabilité économique des centrales nucléaires, notamment pour répondre aux problématiques posées par l’accident de Tchernobyl, en 1986 et de Fukushima en 2011.

En plus de sa puissance et d’une meilleure fiabilité que les anciens réacteurs, l’EPR consomme 7 à 15% moins d’uranium. Également, il peut se nourrir du combustible MOX (Mélange d’Oxyde de Plutonium et d’Oxyde d’Uranium) 100% recyclé, cela génère une réduction d’environ 10% de la quantité de déchets à vie longue (radioactif) produite par kWh.

En France, la presse fait état de six EPR en projets actuellement, en plus de celui de Flamanville prévue fin 2022. Ces projets sont proposés par EDF et font l’objet de débat concernant leur mise en place.

Le rôle du gouvernement dans la mise en place d’EPR en France

 

  • Loi de la Transition Énergétique / PPE

Les Programmations Pluriannuelles de l’Énergie sont un outil de pilotage de la politique énergétique ayant été créé par la LTECV (Loi de la Transition Énergétique pour la Croissance Verte). La raison d’être de ces programmes est de baisser les consommations d’énergie en incluant, dans le mix énergétique actuel, le plus d’énergies renouvelables possible. Cette mise en place est nécessaire pour répondre aux ODD (Objectifs de Développement Durables) établies par les 17 états membres des Nations Unis pour l’horizon 2030.

C’est donc au gouvernement de prendre les décisions concernant les projets en termes de nucléaire et d’énergie, en prenant en compte les aspects économiques, écologiques, durable et en considérant la sécurité des citoyens. Alors que la question du réchauffement climatique a sonné l’alarme depuis un certain nombre d’années, que cela fait partie des sujets à traiter de manière prioritaire, l’État a tout de même accepté la construction d’un EPR à Flamanville, avec une fin initiale prévue fin 2012 et maintenant envisagée en 2022.

Quel en est le coût ?

 

Aujourd’hui, le réacteur actuel de Flamanville accumule les épreuves et la facture s’alourdie, tout comme le site au Royaume-Uni (Hinckley Point). En effet, après avoir fait l’état des lieux des travaux, la facture est réestimée à 12,4 milliards d’euros, initialement prévue à 3,3 milliards.

Peut-être préférions-nous financer des projets plus respectueux de l’environnement, qui sensibilise, impacte et contribue au développement durable. Et non pas des travaux pour du nucléaire dangereux, avec des risques potentiels évidents et présents ainsi que des déchets nocifs pour l’environnement et dont on ne sait toujours pas quoi faire.

Quitte à investir nos impôts dans des projets onéreux, n’est-il pas préférable de le faire dans le photovoltaïque, dans l’hydraulique ou l’éolien ? Dans un débat de France Culture, Yves Marignac, porte-parole de négawatt, précise un point. Le principe qu’un euro investi ne peut être placé autre part. Alors quitte à le dépenser dans des projets concernant l’énergie, autant que ce soit dans le renouvelable, qui coûte moins cher, avec des résultats à court termes (environ 5 ans), plutôt que dans des programmes nucléaires qui verront le jour d’ici 10 ou 15 ans.

Un investissement renouvelable qui fait sens

 

À l’heure actuelle, la question est posée de manière urgente par le réchauffement climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être immédiate et efficiente. L’énergie renouvelable est une solution. La question se pose et se repose : pourquoi ne pas investir dans l’énergie renouvelable et répondre à tous les besoins économiques, écologiques et sociales plutôt que dans le nucléaire, qui nous enfonce dans un gouffre sur tous les fronts ?

À titre d’exemple, avec 12,4 milliards d’euros nous pouvons construire 2,6 fois le parc éolien offshore en cours dans la baie de Saint-Brieuc, qui est l’un des plus grands et des plus onéreux actuellement en Europe du Nord estimé à 4,7 milliards d’euros. Sachant que les parcs éoliens (offshore ou terrestre) varient plus généralement autour des 2 milliards d’euros. Donc en soit, nous pourrions même en bénéficier de 6… À la place d’un seul réacteur !

Continuons dans la comparaison, un EPR coûte environ 4 milliards d’euros (prix catalogue), au lieu d’en construire 6, peut-être faudrait-il penser à investir 24 milliards dans du renouvelable, avec des résultats à plus court terme. Avec une rentabilité plus rapide. À savoir que le coût de production d’une éolienne serait dans les alentours de 50€ par MWh tandis que le coût de production d’une centrale varie de 95€ à plus de 100€ par MWh.

Désirons-nous investir dans une filière qui a du mal à démontrer ses avantages économiques et écologiques ? La réponse est évidente mais apparemment pas pour tous. Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, a l’air de tenir fermement à une réflexion plus approfondie quant à la mise en œuvre du projet nucléaire. Malgré l’accord de principe accordé, aujourd’hui nous faisons face à une vraie remise en question de la part de l’État.

WattValue, le partenaire des entreprises pour faire le choix d’une électricité 100% renouvelable

 

Pour les entreprises qui le souhaitent, nous offrons la possibilité de certifier que tout ou partie de leur consommation d’énergie provient de sources renouvelables françaises et à faible impact environnemental. En tant qu’entreprise labellisée « B Corp », WattValue fait le choix de reverser une partie de son chiffre d’affaires issu de son service d’électricité renouvelable au projet « Sites Rivières sauvages » qui œuvre pour la protection des dernières rivières sauvages d’Europe et leur biodiversité.

Vous pouvez envoyer aussi un signal aux fournisseurs et à l’état que vous faites le choix de l’électricité renouvelable. Nous pouvons vous accompagner pour négocier et gérer vos contrats d’électricité et consommer une énergie renouvelable française. 

 

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Ce contenu vous a intéressé ? Partagez le avec vos amis !