La question du numérique responsable est de plus en plus posée dans les entreprises : quels sont les éco-gestes à avoir au bureau pour avoir le moins d’impact possible sur l’environnement ? En parallèle, les innovations vont de bon train, la 5G se déploie un peu partout dans le monde (comprenant 14 pays de l’Union Européenne) et les équipements sont en constante évolution. En France, la mise en place de la 5G tarde par rapport à d’autres pays développés et en cours de développement. Cette nouvelle questionne : écologiquement, cela ne rentrerait pas en compte avec les objectifs fixés par la France. D’un autre côté, cela pourrait bien entraîner des économies d’énergie. Alors : l’innovation numérique & son impact environnemental, qu’en dit-on ?


img - innovation numérique & impact environnemental

L’innovation numérique & son impact environnemental : points faibles.

Le déploiement de la 5G nécessite des équipements ultra-performants, 3 fois plus énergivores que la 4G actuelle. De plus, les besoins en matériaux de pointe, en matériaux rares ainsi qu’en ressources énergétiques et consommation d’eau sont la face cachée de cette technologie d’après de nombreuses ONG. 

Ce n’est pas tout : la 5G ferait augmenter les ventes des nouveaux smartphones avec des prévisions de +15% par rapport aux ventes actuelles. La fabrication de ces appareils numériques ont un très gros impact écologique et également géopolitique. Et au vu des évolutions réseaux ainsi que de l’obsolescence programmée (considéré par la loi comme un délit), les appareils numériques sont rarement utilisés jusqu’à leur fin de vie réelle. On constate donc une surproduction ainsi qu’une surconsommation (qui de l’œuf ou de la poule ?) et favorise l’accroissement des déchets, ainsi que du gaspillage des matières premières et de l’énergie, entre autres. 

L’innovation numérique & son impact environnemental : les améliorations.

Le débit de la 5G serait 15 fois plus performant que celui de la 4G. Cela permettrait donc de faire des économies d’énergie avec une meilleure utilisation de bande-passante : ces gains ne seront sensibles que si le volume de données échangées n’explose pas. Le point positif actuel est que la 5G serait déployée sur les mêmes sites que les antennes 4G. Environnementalement parlant, les infrastructures n’auraient pas de coût pour l’instant. Cela entre dans les objectifs du Green Deal Mobile européen. Également, un démantèlement des antennes 2G et 3G est annoncé. Mais pour quand ?

Au niveau des équipements, les innovations se passent dans la fabrication des équipements mais également à leur “fin de vie”. Des avancées sont visibles sur le périmètre du gaspillage ainsi que sur l’économie circulaire. Des mesures ont été prises pour la lutte contre l’obsolescence programmée des équipements et l’obsolescence programmée des logiciels, dans le but de limiter la pollution engendrée par le secteur. 

Un point important est à mentionner également : le secteur du numérique est responsable de 3,5% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde. A titre de comparaison, le secteur de l’industrie représente 43%, le bâtiment représentent 26% et le secteur du transport 25%. 

La fabrication des équipements et leur utilisation sont responsables de 80% des émissions de GES du numérique. Les réseaux et les data-centers ne sont responsables que de 20% des 3,5%. Cela reste donc minime face à l’ensemble des secteurs d’activité polluants. 

Quelle est la suite des discussions ?

Bien que des économies d’énergie à périmètre constant soient une réalité, la 5G ne respecterait pas les budgets carbone fixés par le Haut Conseil du Climat pour le territoire. La question est toujours en suspens. Plus haut débit, meilleure capacité de stockage, mais écologiquement peu novateur… Malgré cela, on peut noter de nombreuses évolutions. Le gouvernement français se penche sur une feuille de route pour mieux connaître l’empreinte environnementale du numérique, par exemple. Auprès des fabricants et des développeurs, cela se constate en faisant des économies d’équipements, ainsi qu’une volonté d’économies d’énergie. 

Cette 5G fera bien partie des progrès numériques en France très rapidement, et même si des doutes planent quant à son impact, il est toujours possible de faire des efforts au sein de son entreprise. 

Faites le choix d’une utilisation numérique responsable avec nous !

Chez WattValue, nous avons développé “Internet Vert” : une pastille qui calcule les consommations énergétiques d’un site internet et permet d’injecter autant d’énergie renouvelable dans le réseau électrique français. En contribuant à ce service, vous faites le choix d’une additionnalité à la biodiversité. En effet, une partie du chiffre d’affaire d’Internet Vert est versée automatiquement à l’Association du Fond de Conservation des Rivières Sauvages, une association qui lutte pour la préservation et la protection des Rivières Sauvages de France et d’Europe. 

Pour plus d’informations sur le service et sur les offres WattValue, contactez-nous

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Ce contenu vous a intéressé ? Partagez le avec vos amis !