Des événements exceptionnels se produisent : un pangolin se fait manger. Un homme tombe malade. Un pays contaminé. Une nouvelle souche du Coronavirus est découverte. Un manque de coordination entre les États. La propagation dans le monde entier est faite. Les frontières sont bloquées. Plus d’échange, plus de tourisme. Une économie en berne. Des pays en quarantaine, le confinement est lancé. Les impacts sur le marché, dont celui de l’énergie, sont lourds mais surmontables, nous pouvons même en faire une opportunité.

Le covid-19 fait chuter les marchés boursiers

Petit tour d’horizon : depuis le début de l’épidémie, la mondialisation se voit bousculée. La Chine ferme ses portes, à commencer par Wuhan puis par le pays entier. Au début, une quarantaine sans grande inquiétude des différents pays, en tout cas, ce qu’on nous relaye ne déclenche pas de vent de panique. Puis les jours passent, l’Italie ferme ses frontières, le confinement est lancé. Plus personne ne sort. Idem en Espagne. Au tour de la France depuis le 17 mars. Nous sommes bien face à une pandémie, d’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

L’économie se voit réellement impactée. Cela a commencé par le cours du pétrole qui chute de manière phénoménale. Au 03 janvier, le prix du baril de pétrole était de 63,02$. Mercredi 18 mars, il est à 26,35 $. La Russie et l’OPEP ne se sont pas entendues pour soutenir les cours. L’Arabie Saoudite a, unilatéralement, décidé d’augmenter sa production.

En parallèle, les investisseurs ont peurs de la propagation du virus. Les marchés financiers de manière générale ont perdu tous leurs gains de 2019.

Mais l’interrogation est là. On enregistre un recul de la production et de la consommation avec une fermeture des entreprises, pour éviter la propagation du virus. La pandémie et les mesures prises pour y faire face bousculent complètement les méthodes de travail et désorganisent les chaînes de production.

Quelles sont les conséquences directes ? RTE (Réseau de Transport d’Électricité) a enregistré une baisse de 15% de la consommation d’électricité ce mercredi 18 mars 2020 par rapport à l’an dernier. Au niveau international, la consommation de gaz, à commencer par la Chine (et l’Asie), a chuté. Ce que l’on enregistre au niveau français ou asiatique pour l’électricité et le gaz, se constate partout dans le monde. Les cours du marché de gros, du gaz et de l’électricité, plongent.

Nous sommes donc confrontés à une crise historique avec des impacts sur le marché de l’énergie. Mais cela n’est pas que négatif.

Adapter son activité à la conjoncture

Tout d’abord, sur le climat. La NASA a sorti une carte avant/après de la pollution de l’air en Chine : la baisse des émissions carbone est incroyable. Cela s’explique notamment par la faible concentration de NO2 (dioxyde d’azote) : les véhicules et centrales thermiques ne sont plus autant actives. 30% de baisse de la pollution est établie dans certaines régions. Cela permet de montrer qu’il est possible de limiter la pollution des pays en diminuant même seulement les déplacements motorisés. Si cela n’est pas appliqué une fois la quarantaine levée, il est plus que probable que la société retourne dans le même schéma de pollution. Peut-être est-il temps de repenser à nos modes de travail et à nos modes de consommation ?

À court terme, on s’aperçoit donc que la pollution diminue, que les populations s’adaptent grâce au télétravail et en restreignant leurs trajets.

À moyen terme, il serait intéressant de constater que les modes de consommation soient plus responsables et durables notamment sur la question énergétique : les énergies fortement émettrices en carbone sont amenées à ralentir tant en production qu’en consommation.

En France, le marché de l’énergie se doit d’être actif malgré certains changements : les opérations de maintenance et l’équilibrage consommation/production ne peut être ignorés, donc des équipes y travaillent en roulement, avec toutes les conditions sanitaires requises. Des mesures de continuité sont mises en place et sont renforcées dans l’ensemble des filières devant rester en activité. Dans l’ensemble des filières, tout est fait en sorte pour que les usagers ne soient pas impactés sur leur consommation. Des éventuels surcoûts sur le TURPE seraient à prévoir. Le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité est une des taxes intégrées à vos factures. En parallèle, des assouplissements sont mis en place concernant les CEE (Certificats d’Économies d’Énergies).

RTE a même prévu un Plan de Continuité d’Activité à court termes, défini avec les pouvoirs publics. Cette mission consiste à assurer à tout instant l’équilibre des flux d’électricité sur le réseau (en tenant bien compte de la sécurité, la sûreté et l’efficacité du réseau), ainsi que de garantir l’approvisionnement d’électricité sur l’ensemble du territoire. Et cela pour maintenir une activité économique et sociale. Un processus J-1 est prévu : prévoir la journée pour le lendemain et RTE pourra également dégrader le processus en infra-journalier (IJ) en cas de fort taux d’absentéisme.

Par ailleurs, puisque le prix du pétrole est en chute libre, le prix de l’énergie en général ne fait que chuter. Tous les professionnels gros acheteurs d’énergie sont en train de se positionner sur les contrats en cours ou à venir :

  • Au 19 mars 2019 pour 2020, le prix de gros du gaz s’élevait à 17€93. Au 19 mars 2020, le prix de gros 2021 est à 12,08€. Ce prix est à la base de la formation de votre prix final. Celui-ci a baissé de 33%. C’est donc le bon moment pour négocier vos contrats de gaz pour 2021, voire 2022 et 2023 puisque les coûts sont réellement attractifs. Les prix de marché de gros du gaz sont inférieurs aux prix 2010. Le spot atteint un plus bas historique depuis 2009.
  • Sur les mêmes dates de références, le marché de gros en électricité a baissé de 23%. Il est passé de 49,32€ à 37,78€. Sur 2019, le prix de gros était même monté au-delà de 54€. On est repassé en dessous de l’ARENH, ce qui n’était pas arrivé depuis avril 2018.

Un « Tient ! » vaut mieux que deux « Tu l’auras ! » : Nous pouvons toujours spéculer encore à la baisse, on peut aussi décider de bénéficier d’une économie par rapport à son contrat existant, dès maintenant.

Une autre opportunité s’offre à vous. Vous pouvez continuer d’engranger des gains mais vous pouvez également faire le choix d’une électricité renouvelable et sans surcoût budgétaire, celui-ci sera largement absorbé par la baisse. Et votre impact environnemental sera plus faible et vous pourrez valoriser votre action !

WattValue, votre partenaire pour négocier, adapter et suivre vos contrats professionnels d’énergie

WattValue est une société de services à l’énergie pour les professionnels. Indépendante et experte sur le marché, nous vous accompagnons dans la gestion de vos contrats de fourniture d’électricité et de gaz et sur toute la durée du contrat.

Nous vous proposons de négocier vos contrats de fourniture d’énergie professionnels par les groupements d’achats d’électricité et de gaz. Grâce à ce système, vous obtiendrez des tarifs et des clauses contractuelles bien plus avantageuses que si vous y alliez seul.

Pour les entreprises qui le souhaitent, nous offrons la possibilité de certifier que tout ou partie de leur consommation d’énergie provient de sources renouvelables françaises et à faible impact environnemental.

En tant qu’entreprise labellisée « B Corp », WattValue fait le choix de reverser une partie de son chiffre d’affaires issu de son service d’électricité renouvelable au projet « Sites Rivières sauvages » qui œuvre pour la protection des dernières rivières sauvages d’Europe et leur biodiversité.

Vous pouvez envoyer aussi un signal aux fournisseurs et à l’état que vous faites le choix de l’électricité renouvelable. Nous pouvons vous accompagner pour négocier et gérer vos contrats d’électricité et consommer une énergie renouvelable française.

Pin It on Pinterest

Partagez cet article

Ce contenu vous a intéressé ? Partagez le avec vos amis !